L'eau potable : une affaire de femmes

Six femmes s'appuient sur la technologie pour prendre la tête de la lutte pour l'accès à l'eau potable

10 min de lecture

Portrait de Mari Copeny

Le gouvernement n'écoutait pas les adultes, et les adultes n'écoutaient pas le gouvernement. Alors je me suis dit qu'ils écouteraient peut-être des enfants comme moi.

Mari Copeny

Portraits de Mikayla Sharrieff, India Skinner et Bria Snell

Nous savions que l'eau n'était pas de bonne qualité dans nos écoles en raison des tests de détection du plomb effectués chaque année. Nous savions que c'était un problème que nous voulions résoudre.

India Skinner

Portrait de Doll Avant

Que feriez-vous si vous saviez que l'eau potable de 3 000 villes des États-Unis est plus contaminée au plomb que celle de Flint dans le Michigan et que la population l'ignore ?

Doll Avant

Portrait de Gitanjali Rao

Pour moi, les scientifiques, ce sont comme des super-héros, car ils sauvent les gens et agissent pour le bien de la population.

Gitanjali Rao

Lorsque le virus Zika est apparu, Gitanjali Rao, qui a aujourd'hui 13 ans, étudiait de nouvelles techniques d'édition génomique susceptibles de lutter contre la propagation de la maladie.

Lors de la disparition du vol 370 de la Malaysia Airlines au-dessus de l'océan Indien, Gitanjali a cherché à créer une boîte noire plus performante.

Et quand elle a appris que des élèves de son école étaient victimes d'intimidation sur les réseaux sociaux, elle a créé une application pour détecter et surveiller les messages de cyberintimidation.

Dès qu'un problème attire l'attention de Gitanjali, il y a de grandes chances qu'elle essaie de le résoudre.

La plupart des gens pensaient que j'étais une petite fille de 11 ans avec une idée de projet scientifique toute simple. Mais si je pouvais faire en sorte que cette idée fonctionne, je pourrais aider tellement d'habitants à Flint.

Gitanjali Rao

Gitanjali déborde d'énergie : elle participe à des projets avec les Boys Scouts of America dans le cadre d'une initiative portant sur les sciences, les technologies, l'ingénierie et les mathématiques, elle co-anime une émission scientifique pour enfants sur une radio publique, et elle compose également des pièces de théâtre. Mais ce qui la distingue le plus des autres enfants, c'est son désir inné d'aider les autres. "J'ai toujours aimé aider les autres, que ce soit pour faire la vaisselle ou jouer du piano à l'hôpital", dit-elle. "Je veux avoir un impact sur le monde qui puisse changer des vies."

Gitanjali Rao travaillant au laboratoire avec la scientifique Selene Hernandez Ruiz.

Lorsque des militants de Flint, dans le Michigan, ont attiré l'attention du monde sur la crise sanitaire de la ville, Gitanjali a eu l'idée d'inventer un outil reposant sur la technologie Android afin de permettre à des millions de personnes de savoir ce qu'il y a dans l'eau du robinet qu'elles consomment. Elle était loin de se douter qu'elle allait faire partie d'un mouvement de plus grande envergure, un mouvement créé par une jeune fille décidée à rassembler celles et ceux qui pourraient apporter leur aide.

Mari Copeny
La militante

Découvrez l'étincelle qui a enflammé la nation

Lors d'un rassemblement à Flint il y a près d'un an, un organisateur a invité Amariyanna "Mari" Copeny à rejoindre Janelle Monáe et Stevie Wonder sur scène. Little Miss Flint a reçu un accueil chaleureux de la part des fans de sa ville natale.

Mari, qui est âgée de 11 ans, adore la foule. Mais ce qui rend cette jeune fille si spéciale, c'est son sens démesuré du devoir. Après avoir remporté le concours de Little Miss Flint en 2015, elle s'est servie de son titre pour initier un dialogue entre les enfants de Flint et la police.

Et lorsque l'eau de la ville du Michigan a commencé à produire des effets néfastes comme des douleurs au niveau de la peau pour Mari ou des éruptions cutanées pour ses jeunes frères et sœurs après une longue douche, la jeune fille savait qu'il lui fallait agir. En fait, l'eau corrosive érodait les conduites d'eau en fer, laissant ainsi s'écouler le plomb des vieilles canalisations des maisons et des bâtiments de la municipalité, mais les gens ne le savaient pas encore. La ville connut alors une période de désinformation et de confusion. Et c'est à ce moment que Little Miss Flint a fait entendre sa voix.

Une chimie dangereuse
La crise sanitaire de Flint dans l'État du Michigan (États-Unis)
Flint est une ville de plus de 100 000 habitants située au nord-ouest de Détroit. En avril 2014, la ville change sa source d'approvisionnement en eau en puisant non plus dans l'un des cinq Grands Lacs d'Amérique du Nord, mais dans la rivière Flint située à proximité. Toutefois, les canalisations n'étaient pas prévues pour la transition entre l'eau douce d'un lac et celle d'une rivière, qui contenait des composés chimiques.
Balayez l'écran pour continuer
La rivière Flint

Le choix de s'approvisionner en eau dans la rivière Flint n'était que temporaire, car la ville attendait d'être reliée à un nouveau réseau d'eau régional. Malheureusement, l'eau de rivière est souvent la plus difficile à traiter. Naturellement riche en chlorure, la rivière a causé toute une série de problèmes liés à la gestion de l'eau. Même si l'acidité élevée n'était pas dangereuse en soi, l'interaction chimique entre la nouvelle eau et les anciennes canalisations l'était.

Vue détaillée de la corrosion dans les canalisations d'eau

Le lac Huron, d'où était puisée l'eau auparavant, présentait un pH plus équilibré, créant des résidus de minéraux dans les anciennes canalisations. Mais l'acidité de la rivière Flint a brisé cette protection, causant l'infiltration de plomb dans l'eau potable. Pire encore, Flint n'est qu'une collectivité parmi des milliers d'autres aux États-Unis, affectées par ce problème.

Distribution de bouteilles d'eau sur un parking de Flint dans le Michigan.
Des bénévoles distribuant des bouteilles d'eau à Flint dans le Michigan.

Début 2016, Little Miss Flint a reçu la visite d'un nouvel ami : le président des États-Unis. Elle avait envoyé une lettre au président Obama afin de lui rendre visite, alors qu'elle se trouvait à Washington D.C. pour participer à une audience du Congrès portant sur la crise sanitaire de Flint. Au lieu de cela, c'est le président en personne qui s'est déplacé pour la rencontrer, braquant ainsi les projecteurs de tout le pays sur la ville de Flint.

Je suis l'un des enfants concernés par le problème, et je fais tout mon possible pour manifester et défendre les intérêts de tous les enfants qui vivent ici à Flint.

Mari Copeny

Au cours de l'année qui suivit, Little Miss Flint est apparue dans les magazines Teen Vogue et Time for Kids, et fut présente lors du rassemblement. La gagnante du concours veille toujours à porter la voix des enfants de Flint, que ce soit pour recueillir de l'argent afin de leur permettre de voir le film Black Panther ou pour recevoir des dons de fournitures scolaires afin que les familles puissent acheter des filtres pour les robinets de leur maison.

"Je ne fais plus de concours", indique Mari. "J'ai commencé à plaider les causes d'autres personnes."

Alors que le message de Little Miss Flint résonnait dans tout le pays, certains ont commencé à chercher des solutions de long terme, comme ces trois jeunes ingénieures qui, en s'inspirant d'une technologie de la NASA, ont créé un filtre à eau que l'on peut voir fonctionner.

Mikayla Sharrieff, India Skinner et Bria Snell
Les ingénieures

Le S3 Trio de Washington collabore avec la NASA pour éliminer le plomb

Pour ces amies de longue date, Mikayla Sharrieff, India Skinner et Bria Snell, il n'y avait aucun doute qu'elles consacreraient les 270 heures de service à la communauté nécessaires à l'obtention du baccalauréat à l'Inclusive Innovation Incubator (appelé aussi "In3"). L'idée était de permettre aux futurs entrepreneurs de Washington d'apprendre la programmation, de développer leurs qualités personnelles et de constituer un réseau. In3 était donc le lieu idéal.

Lorsque Marissa Jennings, la conseillère des trois jeunes filles au sein d'In3, leur a suggéré de participer au concours de la NASA, l'OPSPARC (Optimus Prime Spinoff Promotion and Research Challenge), ces dernières, aujourd'hui en terminale, étaient enthousiastes à l'idée de développer un "produit dérivé" d'une technologie existante de la NASA.

Les filles revenaient sans cesse au domaine de l'eau. Les fontaines à eau de leur école avaient récemment été recouvertes de sacs plastique à cause des travaux de construction qui avaient pollué les sources d'approvisionnement en eau. En plus de la ville de Flint et des écoles voisines de Baltimore qui distribuent de l'eau en bouteille, ces fontaines fermées semblaient faire partie d'un problème plus vaste.

En s'inspirant de la technologie de filtration de l'eau du programme Apollo de la NASA, elles se sont demandé comment il était possible que les astronautes s'hydratent en buvant de l'urine recyclée tandis que des toxines restaient présentes dans l'eau des fontaines de leurs écoles.

"Nous savons que les filtres à eau existent. Alors pourquoi l'eau est-elle encore contaminée ?"

India Skinner

Les filles ont conçu un filtre transparent qui montre l'efficacité de la filtration. L'eau potable de 3 000 villes des États-Unis présente des niveaux de plomb supérieurs à ceux de Flint. Cependant, les analyses sont peu répandues. C'est pourquoi il était important de voir le filtre fonctionner. "La population doit avoir accès à l'eau potable. Nous avons donc décidé de créer un filtre qui permette de voir clairement l'eau en train d'être filtrée", indique India Skinner.

Leur prototype utilise un petit ventilateur pour pousser les toxines à travers un filtre. Pour savoir si l'eau est potable, les bandelettes de test du pH doivent indiquer un pH équilibré.

Le S3 Trio, comme elles se surnomment, s'est hissé à la deuxième place du classement général et s'est vu décerner son prix au Goddard Space Flight Center, le centre de vol spatial Goddard de la NASA. Elles y ont rencontré des membres de la National Society of Black Engineers (la Société nationale des ingénieurs noirs des États-Unis) pour poursuivre le développement de leur projet. Mais pour elles, la meilleure récompense a sûrement été d'inspirer les autres.

Les personnes autour de nous qui s'intéressent aux sciences, aux technologies, à l'ingénierie et aux mathématiques verront bien que nous ressemblons à des lycéennes ordinaires.

Mikayla Sharrieff

Tout comme Little Miss Flint, qui donne la parole aux "sans voix", le S3 Trio a voulu donner l'exemple en apportant sa contribution. Et pour une jeune fille du Colorado, "apporter sa contribution" signifie utiliser une imprimante 3D, un logiciel Android et un "buckypaper" pour permettre aux gens de savoir ce qu'il y a, chez eux, dans l'eau du robinet.

Gitanjali Rao
L'inventrice

Une seule jeune fille parvient à démontrer qu'un problème n'est jamais insurmontable

Lorsque Gitanjali Rao a commencé à réfléchir à la façon grâce à laquelle elle pourrait aider la ville de Flint, elle voulait simplement trouver un moyen d'extraire le plomb de l'eau. "C'était comme s'attaquer au réchauffement climatique avec une seule solution, ce qui semblait quasi impossible", indique-t-elle.

Suite à la crise sanitaire de Flint, la famille Rao, comme beaucoup d'autres à travers le pays, s'est mise à tester sa propre eau. Mais Gitanjali a été étonnée de la complexité de la tâche. Non seulement le test était coûteux, mais il fallait compter deux semaines pour obtenir les résultats. Pour Gitanjali, l'un des aspects les plus effrayants de cette crise à Flint était surtout de ne pas savoir si l'eau était contaminée. C'est alors qu'elle a réalisé combien le simple fait de pouvoir tester soi-même son eau pouvait être crucial.

Gitanjali, qui consulte souvent la page Web de l'Institut de Technologie du Massachusetts consacrée à la science des matériaux, a pensé à Flint lorsqu'un élément l'a interpellée.

Je suis tombée sur cette nouvelle technologie qui utilise des capteurs à base de nanotubes de carbone pour détecter les gaz dangereux dans l'air. J'ai immédiatement fait le lien avec la détection du plomb dans l'eau potable.

Gitanjali Rao

Avec une version de nanotubes de carbone appelée "buckypaper", Gitanjali pensait tenir le matériau idéal pour une bandelette de test de l'eau… en théorie. C'était incroyable de voir qu'elle avait découvert quelque chose que personne n'avait encore essayé. Mais elle aurait besoin de fabriquer l'appareil pour le tester, ce qui représentait encore beaucoup de travail.

C'est à l'occasion d'une visite des installations hydrauliques municipales de Denver que Gitanjali Rao a rencontré la responsable de laboratoire Selene Hernandez Ruiz, qui a aussitôt été stupéfaite par la jeune fille et ses connaissances en hydrologie dignes d'un doctorant. Plus la scientifique écoutait Gitanjali, plus elle réalisait qu'elle n'entendait pas seulement une idée brillante, mais qu'elle avait en face d'elle une personne hors du commun. "Que ce soit en amitié ou sur le plan scientifique, Gitanjali se comporte quasiment comme une adulte", souligne Selene Hernandez Ruiz, qui rapidement s'est mise à travailler au côté de Gitanjali afin de l'aider à tester son appareil appelé Tethys.

Lorsqu'ils m'ont attribué un espace au laboratoire, je suis restée très calme, mais quand je suis arrivée à la maison, j'en ai crié de joie. C'était franchement l'un des plus beaux jours de ma vie.

Gitanjali Rao

Lors de leur collaboration, Gitanjali Rao et Selene Hernandez Ruiz ont noué une relation de proximité qui semble faire de Tethys un projet d'autant plus prometteur. D'après les résultats de tests récents sur d'autres métaux, un appareil serait capable de vérifier s'il y a du mercure, de l'arsenic et du cadmium dans l'eau du robinet. Gitanjali pourrait ainsi inventer un outil capable d'effectuer toute une batterie de tests à moindre coût et avec précision.

Pour la scientifique, la curiosité dévorante et l'intérêt de Gitanjali pour les technologies de pointe nous inspirent et nous encouragent à redessiner les limites du possible.

Pour Gitanjali, renforcer la prise de conscience n’est que la première étape en réponse au problème de Flint. "J'espère que la création de ce détecteur de plomb nous incitera davantage à trouver des solutions", indique-t-elle. Et pour elle, la prochaine étape est toute trouvée : réunir les données de Tethys et d’autres sources dans une seule base de données transparente.

Heureusement, une jeune femme est déjà en train d'élaborer une telle base de données.

Doll Avant
L'entrepreneuse

Comment le big data peut nous aider à éviter une nouvelle crise sanitaire comme celle de Flint

Alors qu'elle recherchait des opportunités commerciales dans le domaine de la qualité de l'eau, Doll Avant a appris que son père était atteint de diabète. Ce fut un vrai choc pour elle, car il menait une vie saine et venait juste de prendre sa retraite. Spécialiste de l'eau, et ayant effectué un stage au parc de recherche de la NASA, la consultante s'est aussitôt demandé si la maladie de son père était due à l'eau qu'il avait consommée.

Alors que son père voyait sa santé se détériorer, Doll a trouvé une étude qui suggérait un lien entre l'arsenic et le diabète. L'eau qu'il avait bue aurait pu être un facteur de sa maladie. "Il ne m'a pas fallu beaucoup de temps pour faire des copies des rapports locaux sur la qualité de l'eau et établir le lien de cause à effet", souligne-t-elle. "Mais mon père était déjà très malade à ce moment-là et il était trop tard pour que l'on puisse faire quelque chose pour lui."

Ses recherches visaient au départ à prévenir une autre crise sanitaire semblable à celle de Flint. Mais elle en avait fait à présent une question personnelle.

Doll Avant en compagnie de son père

La mort de son père a poussé Doll Avant à se plonger dans une multitude de documents : des rapports de l'EPA (l'agence américaine de protection de l'environnement), des études scientifiques et des articles de presse. Et ce qu'elle a découvert l'a stupéfaite : des milliers d'endroits aux États-Unis présentent des niveaux de plomb supérieurs à ceux de Flint, les infractions à la réglementation de l'EPA sont légions, et des milliers de cancérogènes connus ne sont pas réglementés par l'EPA.

Doll Avant a réalisé que des millions de gens ne savaient tout simplement pas qu'ils couraient un risque à la suite d'une exposition prolongée aux toxines en suspension dans l'eau. "Ils ne prennent pas de précautions, simplement parce qu'ils ne disposent pas des données", précise-t-elle. C'est pourquoi elle a fondé une entreprise, Aquagenuity, pour créer la plus grande base de données sur l'eau au monde.

Nous devrions traiter l'eau de la même manière que nous traitons l'argent. L'argent est un bien précieux, mais limité. Vous devez disposer de nombreux outils sophistiqués pour le gérer. Nous avons besoin du même ensemble d'outils sophistiqués pour gérer l'eau.

Doll Avant

En plus de publier des données issues de rapports obscurs, Aquagenuity souhaite donner aux consommateurs des indications utiles s'ils découvrent que leur eau est contaminée.

"Vous indiquez toutes vos anciennes adresses, combien de temps vous y avez vécu, et vous savez ce que vous pouvez faire pour éliminer certains métaux et les différentes toxines qui se sont accumulés dans votre système", explique Doll Avant.

Pour y parvenir, Google Cloud est un outil essentiel. Il permet de protéger les informations tout en faisant appel au machine learning (apprentissage automatique) afin de fournir des informations personnalisées en matière de santé et de bien-être.

"Vous indiquez toutes vos anciennes adresses, combien de temps vous y avez vécu, et vous savez ce que vous pouvez faire pour éliminer certains métaux et les différentes toxines qui se sont accumulés dans votre système."

Doll Avant

Aquagenuity prévoit également de proposer des solutions aux entreprises et aux gouvernements. Une nouvelle installation d'embouteillage pourrait rapidement connaître les types de filtres à utiliser, ou l'administration locale pourrait déterminer le type de filtration finale le mieux adapté à un processus de fabrication donné. "Nous indiquons à la machine comment appliquer ces recommandations instantanément", précise Doll. "Le machine learning intégré à Google Cloud va nous aider à accélérer considérablement ce processus."

La planète a été mise à rude épreuve au cours du 20e siècle. Alors réinventons notre manière d'utiliser l'eau comme ressource et faisons mieux au 21e siècle.

Doll Avant

Le groupe de jeunes femmes réunies à Flint, dans le Michigan.

Selon Doll Avant, Aquagenuity repose sur une conviction : nous devons faire les choses différemment. Et que ce soit Gitanjali Rao, Little Miss Flint, le S3 Trio ou Doll Avant, toutes réalisent de grandes choses en adoptant la même approche :

Elles n'attendent pas de permission. Elles recherchent des réponses. Elles s'impliquent.

"Je pense que personne n'y pense vraiment", confie Doll Avant. "En fait, on se dit juste 'Pourquoi pas moi ?'."

Si vous avez entre 13 et 18 ans et si vous avez une idée permettant de résoudre un problème au sein de votre communauté, que ce soit par les sciences, les technologies ou les mathématiques, vous pouvez la soumettre sur le site Google Science Fair. Et si vous voulez vous initier au codage, consultez le programme Made with Code de Google.

L'eau potable : une affaire de femmes:Introduction

  • Introduction

    Introduction

  • Chapitre 1

    Chapitre 1 : la militante

  • Chapitre 2

    Chapitre 2 : les ingénieures

  • Chapitre 3

    Chapitre 3 : l'inventrice

  • Chapitre 4

    Chapitre 4 : l'entrepreneuse

Haut de page